Théodore Géricault

1791-1824

Esquisse pour deux chevaux à l’écurie

Circa 1813

32,9 x 40,2 cm

Huile sur papier marouflée sur toile

Monogrammée « G » de l’initial de l’artiste dans le tapis de selle du cheval de droite. Inscription ?96 x ? à l’encre sur le châssis.

« Horace Vernet lui-même entre dans l’atelier (…) Puis il désigne la tête du cheval dans l’Officier de chasseurs, et ajoute : Cette tête est vivante ! » Lorenz Eitner

Notre esquisse est tout à fait remarquable, aussi spontanée que personnel au regard de l’émotion qu’elle suscite, comme une fenêtre ouverte par Géricault sur son quotidien équestre d’une autre époque. Elle démontre également le travail de l’artiste autour de l’esquisse dont il use et abuse dans son processus créatif. Connues par dizaine par ses proches à sa mort ces esquisses saisissantes sont aujourd’hui particulièrement rare et intéressantes à étudier.