François Gérard et son atelier

1770-1837

Portrait de Jean-François Ducis

Circa 1808 

Huile sur toile encadré, rentoilé 

65 x 57 cm (hors cadre)

C’est probablement dans l’atelier de David que le jeune Gérard rencontra Ducis, le grand poète et illustre académicien, par l’entremise de son neveu Louis Ducis élève de David. Gérard venait alors d’obtenir le second prix de Rome en 1789 derrière Girodet ; protégé par David, il avait reçu un atelier et un logement au Louvre. Gérard qui se lia d’amitié pour le grand dramaturge, entreprit alors de faire son portrait qui fut particulièrement apprécié. Dans sa correspondance, Ducis écrivait à ce propos : « C’est vraiment entre nous le baiser fraternel de la peinture et de la poésie  (…) Qu’il ne se presse pas trop d’achever mon portrait, mais il en a tant d’autre à faire, on le presse tant de tous les côtés que je l’excuse aisément. Il l’a ébauché avec tant de grâce, tant de plaisir et d’amitié, qu’il faut lui laisser prendre son temps. Quand j’irai à Paris, j’irai le voir comme ami, et si le peintre me demande quelque séance pour finir, je serai tout prêt. »

Du fameux portrait de Ducis par Gérard, il existe plusieurs versions. Présenté au salon de 1808, ce portrait connut un réel succès et fut une des cartes de visite majeur de l’artiste. Il exprime à la fois la modernité de la touche et le souvenir de l’ancien régime par son modèle qu’il place dans une illustre lumière. C’est à partir de ce portrait que Taunay réalisera un buste de Ducis qui sera légué à Gérard puis offert par celui-ci à la Comédie française. Des autres versions, nous connaissons celle de la vente Poulain le Fur du 12 Novembre 1999 (lot n°21), admise comme étant l’œuvre originale, ainsi que celle conservée au château de Versailles (n° d’inventaire MV.6824). Ces deux portraits présentent une facture plus aboutie que notre version qui présente plutôt un travail d’esquisse sur le vêtement ; le visage semble quant à lui, presque réel et transmet bien la bonhomie du personnage qui est un peu oublié dans le tableau de Versailles. Le traitement plus rapide et légèrement différent transmet peut-être une volonté de l’artiste de donner une touche plus romantique à l’un de ses portraits préférés et ainsi faire passer à la postérité l’image de son ami.

Provenance

Probablement, Vente Hôtel Drouot, Salle 1, 22 Mai 1906, lot 17, « Gérard, portrait présumé de Ducis. » 

Collection particulière française

Bibliographie

Charles Lenormant, François Gérard, peintre d'Histoire. Essai de biographie et de critique, Paris, 1847

Xavier Salmon, Peintre des rois, roi des peintres : François Gérard (1770-1837) portraitiste, Paris, Réunion des musées nationaux, 2014 (catalogue de l'exposition au château de Fontainebleau, 29 mars-30 juin 2014)

M.Paul Albert, Correspondance de J-F Ducis, édition nouvelle, Paris, 1879